carte de situation

Jean SOULAT

L’ARTISANAT DE L’ÉCAILLE DE TORTUE MARINE SUR LE SITE DE LA COUR NAPOLÉON,
GRAND LOUVRE, PARIS (1er ARRONDISSEMENT) AUX XVIIe-XVIIIe SIÈCLES

Témoin de l’exotisme des Petites Antilles

 

Résumé

Cent soixante quinze restes en écaille de tortue marine, bruts et manufacturés, ont été inventoriés sur le site de la Cour Napoléon à Paris, fouillé entre 1981 et 1986, à l’emplacement du Grand Louvre. Ce mobilier provient notamment de résidences de la haute noblesse du XVIIe siècle comme le petit hôtel de Beringhen mais également des remblais incendiés de l’atelier d’André-Charles Boulle, ébéniste du roi Louis XIV, datés de 1720. Différents objets en écaille de tortue se distinguent : des peignes, des lamelles d’éventail, un bracelet, des contours de miroir ou encore des plaquettes ornementales utilisées pour la marqueterie sur meuble. Ils proviennent de carapaces de tortues marines originaires des Petites Antilles et qui sont arrivées en France par l’intermédiaire du commerce colonial.

Mots-Clés
carte de situation

Véronique BRUNET, Alain BULARD (†), Mélodie BARRAY, Ève BOITARD-BIDAUT,
Nicolas CAYOL, Roland IRRIBARRIA, Cécile MONCHABLON, Yvan PAILLER,
Joël ROLET, Audrey TRAON-MAINGAUD, Anne TRESSET (†)

UNE ENCEINTE DU NÉOLITHIQUE MOYEN II :
Méry-sur-Marne, "La Remise" (Seine-et-Marne)

 

Résumé

La fouille de l’enceinte de Méry est relativement ancienne. Sa publication a permis la reprise complète de l’étude des vestiges mobiliers et de la faune. Le monument est constitué de deux tranchées de palissade continues et d’une série de fossés interrompus formant un arc de cercle dont la surface enclose est estimée à un peu plus de 3,5 ha. L’analyse des vestiges montre un fonds commun propre au Michelsberg, largement imprégné de diverses influences venant du Chasséen septentrional et du groupe de Noyen. Six datations 14C situent l’occupation entre 4226 et 3537 av. J.-C. L’étude de Méry constitue un apport scientifique important pour la compréhension de la place des enceintes dans l’organisation du territoire au Néolithique.

Mots-Clés
carte de situation

Isabelle CATTEDDU

ARCHÉOLOGIE DE L’ESPACE VILLAGEOIS :
nouveaux débats et nouveaux enjeux

 

Résumé

L’archéologie en contexte villageois trouve aujourd’hui sa place dans les axes de recherches prioritaires et dans les programmations scientifiques des différentes institutions. Il n’existe pas un modèle unique de formation villageoise mais plusieurs moteurs de développement et de transformation. Ces recherches s’accordent cependant mal avec la législation patrimoniale et le fonctionnement de l’archéologie préventive. Complexes à mettre en œuvre, elles nécessitent le recours à des outils interdisciplinaires. Après un bref rappel historiographique, le présent article s’attardera sur quatre points : les nouveaux lieux de débat, un état des connaissances, les contraintes et les enjeux méthodologiques et enfin l’enjeu social de l’archéologie villageoise.

Mots-Clés
carte de situation

François GENTILI

HABITATS ÉLITAIRES ET ANCRAGES VILLAGEOIS :
quelques exemples et un focus, Viarmes en Val-d’Oise (VIIe-XVIIIe siècles)

 

Résumé

Cet article aborde la question du rôle des habitats élitaires dans la genèse, l’organisation et l’évolution des habitats groupés sur la longue durée, du vie siècle à la période moderne, au travers de fouilles franciliennes effectuées sur de grands habitats ruraux à l’extérieur des villages ou bien sur des surfaces plus modestes au sein des bourgs, et la part que peut apporter l’archéologie à ce débat. L’exemple de Viarmes est mis en avant car il permet d’associer la morphologie du village à un habitat seigneurial médiéval disparu et de comprendre comment les fluctuations politiques ont modelé la forme actuelle du bourg, de l’ascension sociale d’une famille d’officiers royaux à la fin du XIIIe jusqu’aux destructions liées aux crises des XIVe et XVe siècles, et aux réponses qui leur ont été données (fortifications, fossés).

Mots-Clés
carte de situation

Cristina GONÇALVES-BUISSART, Ivan LAFARGE

L’ARCHÉOLOGIE DU VILLAGE EN ÎLE-DE-FRANCE :
l’exemple du village de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis)

 

Résumé

L’évolution du village de Tremblay-en-France a donné lieu à de nombreuses opérations archéologiques, avec un patrimoine architectural rural encore bien préservé. Disposant d’un abondant dossier historique, ce village constitue aujourd’hui "un laboratoire de recherches" dans un territoire en pleine mutation et sujet à une densification des espaces.

Mots-Clés
carte de situation

Séverine HURARD

RÉFLEXIONS SUR LES MARGES DU VILLAGE ALTO-MÉDIÉVAL
OU LA MARGINALITÉ DES ÉLITES RURALES ORDINAIRES :

l’exemple des Petits Ormes de Saint-Pathus (Seine-et-Marne – Ve-XIe siècles)

 

Résumé

Caractérisé par une marginalité géographique, puis par une marginalité fonctionnelle, peut-être même symbolique, l’établissement rural alto-médiéval des Petits Ormes de Saint-Pathus a permis d’interroger les limites définitoires de la notion de village. Entre le Ve et le XIe siècle, les transformations qui affectent les formes de l’habitat portent les indicateurs d’un contrôle des ressources propres à caractériser des élites rurales dites ordinaires. La lecture des signaux matériels apparemment discordants nous a encouragés à réinterroger les modèles interprétatifs autour de la question de la faible lisibilité des petits sites élitaires ecclésiastiques du premier Moyen Âge.

Mots-Clés

PARTENAIRES

Logo ministère de la Culture et de la Communication    Inrap    Conseil général du Val-de-Marne    Logo des Hauts-de-Seine    Logo de la Seine-Saint-Denis    logo 77 02

ISSN : 2101 - 3608    Ξ    Mise à jour : 08 AOÛT 2022   Ξ    Mentions légales